Conversations, Vol. 2

Rémi Coignet

conversations, vol. 2

Rémi Coignet

Format 13×20 cm

304 pages

Français/Anglais

20€

Le livre comme une forme essentielle
de l’œuvre

 

Ces dernières années, le livre de photographie a atteint une reconnaissance artistique inédite, mais on entend encore trop peu les photographes parler de leur travail. Ils ont pourtant beaucoup à en dire. Rémi Coignet est donc parti à leur rencontre et fait le constat que chacun d’eux considère le livre comme une forme essentielle de son œuvre.

 

Photographes, éditeurs ou graphistes sont invités à revisiter leur travail et à révéler leurs intentions. Au fil des entretiens se dessine une géographie de la photographie contemporaine dans la continuité du premier volume, Conversations, paru en 2014.

 

Des entretiens avec :

DIDIER BEN LOULOU
DANIEL BLAUFUKS
BROOMBERG & CHANARIN
PATRICK FAIGENBAUM
JOAN FONTCUBERTA
KLARA KÄLLSTRÖM & THOBIAS FÄLDT
ERIK KESSELS
ARON MÖREL
AKIO NAGASAWA
GREGER ULF NILSON
MARTIN PARR
CHRISTIAN PATTERSON
LISE SARFATI
STÉPHANIE SOLINAS
ALEC SOTH
GERHARD STEIDL
ERIC TABUCHI
BERTIEN VAN MANEN

MARIKEN WESSELS

 

 


 

avant propos

 

En 2014 paraissait Conversations. Le constat de départ était que si nous, critiques, journalistes ou curateurs, sommes nombreux à parler de l’œuvre des photographes, il est rare d’entendre leurs voix.

 

Les buts poursuivis dans ce deuxième volume demeurent les mêmes :

Donner la parole aux photographes et écouter ce qu’ils ont à dire de leur travail en prenant pour point de départ leurs livres. Pourquoi les livres ? Parce que ce sont des œuvres en soi, facilement accessibles, qui impliquent la série, une forme beaucoup plus complexe et signifiante que l’image isolée, beaucoup plus stable et durable que l’exposition.
Parce qu’ils permettent aussi de mettre en perspective l’évolution d’une carrière.

 

 

 

Tenter de dessiner une géographie de la photographie contemporaine. Toute activité humaine est faite d’interactions significatives, même si l’on n’y prête pas toujours attention. Un exemple : pour le premier volume, j’ai rencontré JH Engström et Anders Petersen. Le premier est l’ami et a été l’assistant du second. Pour ce second volume, j’ai rencontré Thobias Fäldt, Gerhard Steidl et Greger Ulf Nilson. Fäldt a publié chez Steidl un livre conçu par Nilson. Engström et Petersen ont également travaillé avec cet éditeur et ce graphiste. Il me semble pertinent de mettre en évidence ces liens et de questionner les uns sur leur relation aux autres.

 

Entretenir un dialogue au long cours avec les artistes.

C’était le cas avec JH Engström et Rob Ornstra dans le premier volume. Je poursuis ici des conversations entamées il y a quelques années avec Daniel Blaufuks ou Adam Broomberg
et Oliver Chanarin.

 

Les entretiens ont généralement lieu en face à face, pendant une heure environ. Il s’agit du point de vue d’un auteur sur son œuvre à un instant T. Cependant, pour des raisons pratiques,

certains ont été réalisés via Skype. Ce procédé, s’il n’a pas la chaleur d’une rencontre physique, présente l’avantage pour mes interlocuteurs de se trouver dans leur zone de confort, généralement leur studio. Il est ainsi favorable à la confidence et à la réflexion.

 

Ayant le privilège de rencontrer ces auteurs, éditeurs ou graphistes, j’ai choisi de retranscrire ces conversations au plus près du style oral pour tenter d’offrir au lecteur la sensation d’être près de nous tandis que nous parlons.

 

Enfin, on m’a parfois demandé comment je choisissais mes interlocuteurs. La réponse tient de la litote : leur travail m’intéresse.


Lire la suite