Disparitions

Helen Zout

DISPARITIONS

Helen Zout

Format 20×27 cm

112 pages

B/W photographs

French/English/Spanish

33€

Les empreintes indélébiles
de la disparition

 

 

Cet ouvrage rassemble les photographies trouvées ou réalisées par Helen Zout sur les marques laissées sur les survivants et les familles des victimes par les disparitions de personnes lors de la dernière dictature militaire d’Argentine entre 1976 et 1983.

 

Les parents des disparus (en particulier les mères) ont été les premiers à s’organiser dans la recherche désespérée de leurs enfants, au risque de leur vie (nombre de mères ont été assassinées pour ces activités).
Les anciens détenus-disparus – protagonistes d’hier, témoins d’aujourd’hui- ont été eux les victimes directes du Terrorisme d’Etat qui utilisait comme moyens l’enlève- ment, les tortures, les traitements cruels, inhumains et dégradants.

De 25 à 30 000 personnes ont disparu dont 2 à 3000 ont été libérés des 360 centres clandestins de détention disséminés dans le pays.

 

Pendant leur captivité, les détenus étaient aveuglés et ne pouvaient donc pas voir le visage des autres victimes, ni celui des assassins. Suite aux lois d’impunité et de remise de peine, les bourreaux jouissent de leur liberté, et ainsi torturés et tortion- naires peuvent se croiser dans la rue sans le savoir.

 

Aujourd’hui, les parents de disparus, les anciens détenus-disparus et les enfants de disparus, travaillent, étudient, éduquent leurs enfants, tout en menant une inter- minable recherche afin d’élucider des questions : D’où venons-nous? Qui sommes- nous? Pourquoi sommes-nous vivants ? Les survivants porteront, leur vie durant, les empreintes indélébiles de la disparition.

 

Les photographies réalisées et collectées par Helen Zout synthétisent ce passage par les questions, la réflexion, les doutes, les réponses, les incertitudes et rassemble un processus utile de recherche et d’investigation.

 


Read more

 

 


 

A PROPOS D’HELEN ZOUT

Helen Zout est née en 1957 en Argentine. En 1989, elle est primée par la Fondation national des Arts et en 2002 par la John Simon Guggenheim Fellowship. Son travail photographique est étroitement lié à des ques- tions sociales et de santé mentale. Le thème des Disparitions de la dernière dictature militaire en Argentine dont est issu ce livre a été déclaré d’intérêt national par le secrétariat général de la Présidence de la Répu- blique en 2005. Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées et publiques (Musée des Beaux- Arts de Houston, Musée d’Art Moderne de Buenos Aires, Musée national des Beaux-Arts de l’Argentine, etc.